Transmettre les connaissances et les compétences nécessaires au processus d’internationalisation des institutions et qualifier les agents multiplicateurs pour les activités internationales : du 28 juin au 1er juillet s’est déroulé, à l’initiative de Movetia, le module de formation continue «SUCTI – Systemic – University Change Towards Internationalisation» destiné au personnel administratif des hautes écoles. Le groupe de 17 participant-e-s était composé de responsables des affaires internationales des trois types de hautes écoles issus des trois régions linguistiques, ainsi que de collaborateur-rice-s de l’enseignement tertiaire de Movetia.


Il y a quelques années encore, la notion d’internationalisation des hautes écoles était synonyme de mobilité des étudiant-e-s et du personnel enseignant, mais on se demandait encore comment familiariser avec le thème de l’internationalisation toutes celles et tous ceux qui, au sein des hautes écoles, renonçaient aux mobilités. Les conséquences de la pandémie mettent encore plus en évidence la nécessité de développer une perspective globale pour la formation et la recherche. Il est d’autant plus important, sur la scène internationale des hautes écoles, d’apprendre les bonnes pratiques et de renforcer l’échange de connaissances. Mis sur pied à partir d’un partenariat stratégique Erasmus+ entre 2017 et 2019, le projet SUCTI vise à transmettre et à échanger, de l’intérieur, les savoir-faire liés aux aspects importants de l’internationalisation dans les hautes écoles. C’est pourquoi SUCTI s’attache à proposer des formations s’adressant au personnel administratif des hautes écoles.

L’internationalisation à la maison : formations pour les représentant-e-s de l’administration des hautes écoles

Les deux co-responsables de la formation SUCTI, Marina Casals Sala, directrice des relations internationales à l’université de Rovira i Virgili, en Espagne, et Joanna Domagala, coordinatrice de l’Academy of Internationalisation, en Pologne, et depuis 2019 co-responsable du projet consécutif SUCTIA, ont fait part de leur enthousiasme concernant le niveau de connaissances et d’expérience des participantes suisses. Afin de pouvoir transmettre dans leur haute école, sous forme d’ateliers, les connaissances acquises sur l’internationalisation et la communication interculturelle ainsi que sur les différentes techniques de présentation, les représentantes des hautes écoles suisses participantes ont été formées selon la méthode avant-gardiste «Train the trainer» pour devenir des agentes SUCTI de l’internationalisation.

En tant que concept englobant toutes les activités internationales qui ne comportent pas de mobilité, l’«internationalisation à la maison» vise à sensibiliser à la thématique de l’internationalisation et à amorcer une mutation structurelle au sein de l’institution «haute école». L’internationalisation des programmes d’études, la promotion de l’entente interculturelle ou le recrutement international de collaborateur-rice-s et d’étudiant-e-s ne sont que quelques exemples de cette aspiration à emprunter de nouvelles voies. Le succès de SUCTI consiste à avoir décelé, au sein de la structure des hautes écoles, un groupe de personnes qui, certes, est en contact avec l’internationalisation, mais qui n’est en principe pas en mesure d’acquérir des connaissances de base en la matière, à savoir le personnel administratif des hautes écoles.

En proposant cette formation continue, Movetia élargit sa gamme de prestations. Outre l’encouragement des mobilités et des coopérations, il s’agit de renforcer le transfert de connaissances international ainsi que l’échange sur des sujets de formation internationaux d’actualité. Selon le principe «Learning from the Best», le but est de jeter un pont international entre des expert-e-s de l’internationalisation, afin de soutenir davantage encore l’échange de connaissances pour les institutions de formation suisses.

Les premières institutions à avoir profité de cette offre sont: la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), la Haute école pédagogique de Zurich, la Haute école de Lucerne, la Haute école spécialisée bernoise, la Haute école spécialisée de la Suisse italienne (SUPSI) ainsi que les universités de Genève et de Zurich.