Pendant leurs études, Aline Schmid et Flavio Keller ont passé un semestre à l’étranger et considèrent leur expérience là-bas comme un véritable plus sur leur CV. Une ode aux rencontres interculturelles et aux cours en dehors de son université d’origine.


Aline Schmid était préparée de manière exemplaire à son semestre d’échange en 2003. Pourtant, Amsterdam a été remplacée par Lisbonne et le cours de hollandais suivi auparavant n’a plus été d'aucune utilité. Elle ne voulait pas manquer de faire le grand saut, bien au contraire. « Lorsqu’on doit se débrouiller dans une ville étrangère ‒ à l’époque bien loin de la destination tendance actuelle ‒ sans aucunes connaissances de la langue, cela nous renforce. On est en outre beaucoup plus proche de la langue et de la culture lorsqu’on s’approprie le quotidien. » Que du positif, dont la productrice Aline Schmid profite encore aujourd’hui. En tant que propriétaire de Beauvoir Films, elle est impliquée dans de nombreux projets audiovisuels et voyage souvent à l’étranger. L’imprévu ne la déroute pas grâce à sa compétence bien entraînée en matière de résolution de problèmes. « En plus des connaissances linguistiques, les rencontres interculturelles variées et mes contacts partout dans le monde se révèlent là aussi très utiles. » Quel que soit l’endroit où se rend Aline Schmid, elle connaît presque toujours quelqu’un de l’époque de son semestre d’échange.

L’expérience d’échange est un plus sur le CV

La création d’un réseau international ; un point commun entre Aline Schmid et Flavio Keller. Lui aussi possède des contacts dans différentes villes européennes depuis son séjour à Göteborg fin 2016 et mentionne à plusieurs reprises dans la conversation l’enrichissement culturel qu’apporte une telle mobilité. « L’échange permanent avec des personnes d’autres cultures permet de développer une meilleure compréhension envers d’autres vues, d'autres attitudes. Cela ne veut pas dire que je les approuve, mais je peux au moins mieux les comprendre. » Une compétence dont il bénéficie à la fois dans l’environnement international de l’informatique et dans sa vie privée. Aline Schmid et Flavio Keller sont convaincus des bienfaits d’un semestre d’échange sur un CV. Le séjour à l’étranger n’est pas le critère décisif, mais selon Flavio Keller, « une telle expérience témoigne d'un certain état d’esprit, d'une confiance en soi et d’une ouverture de principe vis-à-vis de la nouveauté et de l’inconnu. Des traits de caractère que les employeurs apprécient. »

Plus que des aptitudes personnelles

En plus de ces qualifications transversales qui portent surtout leurs fruits sur la scène sociale (professionnelle), qui favorisent les solutions créatives et renforcent l’esprit de décision, tous deux sont revenus avec du tangible. En Suède, Flavio Keller a fait la découverte passionnante d'autres systèmes académiques et suivi un cours accéléré d’enseignement général. « Au lieu de passer des examens à la fin du semestre ou de l’année d'étude, j'ai effectué mon semestre à Göteborg en différents modules sanctionnés chacun par un examen. On travaille ainsi les matières de manière distincte, ce qui permet de se plonger entièrement dans chacune d’entre elles. » En se concentrant sur les branches économiques plutôt que sur l’informatique de gestion, Flavio Keller a amélioré son sens des interactions et renforcé sa formation économique générale ; « ce sont aussi des souvenirs uniques », résume-t-il. Pour Aline Schmid, à Lisbonne, l’accent était plus mis sur la pratique que sur les études et les cours de gestion culturelle lui ont offert des apports nouveaux qui ont encore une influence aujourd’hui. « Le fait d’aller au-delà des sciences sociales a été un élément déclencheur et m’a poussé à m’aventurer dans le domaine de la culture après mes études. Le semestre d’échange m’a pour ainsi dire ouvert la voie vers l’industrie du film et l'autonomie. »

À l’étranger avec Movetia

Movetia est l'agence nationale pour les échanges et la mobilité. En collaboration avec les institutions suisses de degré tertiaire, elle met en place le Swiss-European Mobility Programme (SEMP) qui fait partie intégrante du programme suisse pour Erasmus+. Le SEMP s'adresse aux étudiants qui souhaitent passer un ou deux semestres dans un autre pays européen pendant leurs études. Les crédits acquis dans une institution partenaire peuvent être comptabilisés après leur retour en Suisse. Il est également possible d’effectuer un stage en tant qu’étudiant.
Movetia soutient tous les participants au programme avec une subvention qui co-finance les frais supplémentaires générés par la mobilité.
Pour les étudiants intéressés par la mobilité, la bonne adresse est le Bureau des relations internationales de leur institution suisse. Ils y trouveront des informations sur les différentes possibilités de mobilité ainsi que tous les documents nécessaires.