«Je n’ai encore jamais rien vu de tel», affirme la jeune Israélienne de 19 ans en contemplant les magnifiques montagnes suisses. Elle a passé toute sa vie en Israël et n’a pas encore eu la possibilité de découvrir d’autres cultures… jusqu’à ce qu’elle décide de participer à cette rencontre internationale de jeunes.


Le mercredi 4 septembre 2019, Movetia a organisé une visite d’étude à l’intention des animatrices et animateurs jeunesse actifs au niveau local. Ensemble, nous nous sommes rendus dans la région du Grenchenberg pour découvrir la rencontre de jeunes «Building Walls - Breaking Walls». Cette visite a permis à Movetia d’offrir aux participant-e-s un aperçu concret d’un projet jeunesse international couronné de succès. Le projet réunit des jeunes venant de Suisse, d’Irlande, d’Irlande du Nord, d’Israël et de Palestine, qui rénovent ensemble un mur en pierres sèches sur l’Obergrenchenberg et participent à des activités et à des discussions sur le thème des murs et des frontières.

Visite d’étude

Avec les douze participant-e-s, nous avons pu examiner de plus près ce projet jeunesse magnifique et très bien organisé dans la région du Grenchenberg. Les participant-e-s se sont inscrits dans le but d’accumuler des idées et des expériences en vue de leurs propres rencontres de jeunes. Cette visite a permis de gagner un très bon aperçu du projet «Building Walls – Breaking Walls» et des possibilités offertes dans le domaine de l’animation jeunesse internationale.
La visite d’étude a débuté à 9 heures du matin à Granges et nous nous sommes ensuite rendus au Grenchenberg. Nous y avons été accueillis par M. Oliver Schneitter, fondateur de l’association Naturkultur, qui nous a expliqué sa conception et sa vision du projet lors d’un café de bienvenue.
Seize jeunes d’Israël, de Palestine, d’Irlande et de Suisse (quatre de chaque pays) s’inscrivent au projet à titre volontaire et viennent passer une semaine en Suisse. La rénovation du mur leur donne un objectif commun qui leur permet de faire connaissance et de se rendre compte qu’ils ne sont pas si différents que cela. La participation à ce projet aide les jeunes à passer outre les conflits et les problèmes de racisme entre leurs pays. Ils apprennent à interagir et à se comprendre.
Après la bienvenue d’Oliver, nous avons marché jusqu’au mur où travaillaient les seize jeunes. Nous nous sommes entretenus avec eux et avons visité leur lieu d’hébergement. Ils dorment dans la maison d’un club de ski située à environ 2 km du mur. Après notre visite au Grenchenberg et les adieux, nous avons mis le cap sur Soleure et le siège de Movetia. L’après-midi a été consacré à un atelier d’approfondissement, où nous avons discuté de la manière dont l’animation jeunesse peut adopter et tirer profit du format de la rencontre internationale de jeunes en tant qu’instrument. Les participant-e-s ont fait part de leurs interrogations et de leurs idées. Les chances offertes par l’animation jeunesse internationale ainsi que les défis correspondants ont également fait l’objet de discussions. Pendant l’atelier d’approfondissement, Movetia a saisi l’occasion d’échanger avec les participant-e-s et les porteuses et porteurs de projets potentiels et recueilli de nombreuses réactions positives concernant le projet «Building Walls – Breaking Walls». Cette visite a permis aux participant-e-s de se faire une idée d’un projet jeunesse international bien ficelé et les a motivés à lancer un projet eux-mêmes.

Le projet

C’est en 2013 qu’Oliver Schneitter a pu pour la première fois mener à bien ce projet à l’Obergrenchenberg avec le soutien financier de Movetia. Depuis, «Building Walls – Breaking Walls» a pris de l’ampleur et a lieu non seulement dans les quatre régions de la Suisse (Grenchenberg, Jura, Tessin, Grisons), mais également sur une île irlandaise et dans le désert israélien.
Voici le déroulement d’une journée pendant cette semaine passionnante et instructive: seize jeunes de quatre pays différents rénovent ensemble un mur en pierres sèches dans la région du Grenchenberg. Ils se rendent en Suisse pour une semaine entière avec la ferme intention d’apprendre et de découvrir de nouvelles cultures. Les femmes et les hommes dorment séparés. Ils ne passent pas les nuits dans des lits confortables, mais dans des sacs de couchage, un équipement que les Suisses ne connaissent que trop bien. Les participant-e-s construisent leur douche eux-mêmes à l’extérieur et préparent également leurs repas.
Le travail quotidien est organisé en deux groupes: un groupe de huit jeunes passe la matinée à travailler sur le mur, pendant que l’autre groupe reste vers la maison et participe à divers ateliers sur l’apprentissage interculturel et non formel. A midi, les jeunes se retrouvent tous ensemble pour le repas. Chaque jour, ils dégustent une spécialité d’un des quatre pays, découvrant ainsi les différents plats traditionnels et se familiarisant avec les habitudes alimentaires des diverses cultures. Le travail se poursuit l’après-midi, mais les groupes sont inversés. Le programme du soir est toujours organisé par quatre jeunes du même pays, qui présentent celui-ci au travers de jeux et d’autres activités.