Depuis trois ans, l’agence nationale Movetia encourage les échanges et la mobilité dans tous les secteurs de la formation. Avec une croissance plutôt spectaculaire. En 2019, Movetia a soutenu plus de 26'000 mobilités dont 13’500 séjours ou stages de formation en Europe dans le cadre du Programme suisse pour Erasmus+ et pas loin de 11'000 mobilités dans le cadre de l’échange de classes en Suisse. L’agence a aussi développé une offre de programmes d’échanges et de mobilités apportant une plus-value au système éducatif et élargissant la coopération internationale. La crise actuelle freine temporairement cet élan, mais souligne aussi toute l’importance de l’échange, de la compréhension mutuelle et de l’ouverture au monde.


En 2017 la Confédération et les Cantons se sont mis d’accord sur une vision commune : « au cours de leur formation tous les jeunes prennent part au moins une fois à un projet d’échange et de mobilité ». Movetia est chargée de sa mise en œuvre et collabore intensivement à établir une culture des échanges et de mobilité en Suisse. Il s’agit de permettre aux participant-e-s d’acquérir des compétences personnelles et professionnelles en s’immergeant dans une autre culture en Suisse ou à l’étranger.

Josef Widmer, président du conseil de fondation de Movetia et directeur suppléant du Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI), souligne que « la formation constitue la ressource fondamentale et vitale à disposition dans notre pays. Et les compétences acquises lors des échanges et des mobilités apportent une précieuse contribution aux individus et aux institutions ».

2019, une année de travail intense qui a porté ses fruits : plus de 26'000 mobilités soutenues

Depuis trois ans Movetia réalise un intense travail de promotion et de contacts sur le terrain. Ce travail contribue au développement d’un réseau significatif avec les acteurs suisses ainsi qu’avec des partenaires potentiels à l’étranger. Ce travail paie : année après année le nombre d’échanges et de mobilités pour tous les secteurs et degrés de formation augmente sur les plans national et international. En 2019, Movetia a soutenu financièrement 26'262 mobilités soit une augmentation de 16% par rapport à l’exercice précédent.

Au niveau national par exemple, 10'700 jeunes ont participé au programme d’échange de classes, soit 27 % de plus qu’en 2018, et dans le cadre du programme pilote d’échanges d’enseignant-e-s, 244 mobilités ont été approuvées. En Europe, Movetia a soutenu 13’524 séjours ou stages de formation dans le cadre du Programme suisse pour Erasmus+, soit une augmentation de 6 %. Enfin, les 18 projets soutenus, sur plus près de 80 reçus, dans le cadre du programme pilote international hors Europe font preuve de son succès constant.

2020, une année cruciale pour les échanges et la mobilité, celle des Messages FRI et Culture

Même si le Covid-19 impactera fortement l’année 2020, la tendance observée jusqu’alors n’en sera pas ralentie. « Au contraire la crise nous enseigne la vertu d’autres formes d’enseignement, notamment hors les murs, et la nécessité de collaborer et de travailler en réseau. Tout ce que les échanges et la mobilité promeuvent » souligne Olivier Tschopp, directeur de Movetia. Les échanges éducatifs et scientifiques vont gagner en importance, à l’échelle locale comme internationale.

Les Messages « Formation, recherche et innovation (FRI) » et « le message culture 2021-2024» offriront les conditions-cadres des échanges, de la mobilité et de la coopération en matière de formation pour les quatre prochaines années. Le Parlement fédéral en débattra cette année. Afin de nous rapprocher des objectifs fixés par la stratégie Echanges et mobilité de la Confédération et des Cantons, les moyens financiers accordés par le Parlement devront être à la hauteur de cette vision ambitieuse.

2021 et suivantes, les échanges et la mobilité au service des compétences-clefs de l’éducation de demain

Flexibilité, coopération etinnovation figureront au rang des compétences clés de demain. Pour Movetia il s’agira de soutenir et de développer des offres et des programmes correspondant à ces besoins et aux exigences d’une société qui, une fois la crise passée, soulignera davantage la nécessité de l’échange et de la compréhension mutuelle.

Le terrain en Suisse nous montre que le potentiel de croissance des échanges et des mobilités est encore très élevé. La crise actuelle nous oblige à nous  projeter dans l’avenir en développant au sein du système éducatif les ressources clés pour anticiper les futurs défis, favoriser la résilience et envisager de nouvelles alternatives. Pour cela il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire que les jeunes générations partent à la découverte du monde et de sa richesse interculturelle.

[Translate to français:]