La Haute École pédagogique de Saint-Gall (PHSG) a réalisé une étude visant à déterminer si des rencontres entre classes francophones et germanophones ont une influence sur le développement des compétences linguistiques ainsi que sur la motivation d’apprentissage d’une langue. Le Centre de didactique des langues étrangères (CeDiLE) a en outre interviewé deux membres du personnel enseignant ayant participé à cette étude. 


Les résultats de l’étude montrent que de courts échanges et leur accompagnement pédagogique ont une influence favorable sur le développement des connaissances linguistiques à l’oral. En revanche, ils n’ont pas permis d’accroître la motivation d’apprendre l’autre langue par rapport au groupe de contrôle, même si les enseignant-e-s ont indiqué que les élèves avaient manifesté beaucoup d’enthousiasme durant la participation au projet. Sept classes germanophones et sept classes francophones ont participé à l’étude d’intervention. D’autres classes ont servi de groupe de contrôle, sans échange organisé, afin d’avoir une possibilité de comparaison après l’étude.

Le Centre de didactique des langues étrangères a interviewé à ce sujet deux membres du personnel enseignant, une personne de Suisse alémanique et une autre de Suisse romande. Ces dernières affirment que le fait de parler une langue étrangère dans des situations réelles est perçu comme enrichissant pour les élèves, mais aussi pour les enseignant-e-s. Dans la classe, il n’est pas toujours facile d’accroître la motivation pour la langue étrangère. Toutefois, outre l’aspect linguistique, l’interview a également permis d’évoquer les expériences culturelles que les élèves ont pu faire durant les échanges, car ceux-ci sont toujours plus que la simple pratique d’une langue étrangère !

Vous pouvez lire ici les interviews du Centre de didactique des langues étrangères. Pour en savoir plus sur l’étude de la PHSG, rendez-vous ici.