Les principales organisations faîtières d’étudiants et jeunesse en Suisse lancent une pétition pour la reprise des négociations en vue d’une association de la Suisse à Erasmus+. Motifs : la crainte d’un isolement de la Suisse et un programme de mobilité et de coopération européen qui offre aux étudiant-e-s, aux apprenti-e-s, ainsi qu’aux acteurs du secteur jeunesse, des possibilités de participation bien plus riches que la solution suisse actuelle!


Afin de soutenir l'intégration de la Suisse dans l'espace européen de l'éducation, l’UNES et diverses associations d’étudiant-e-s, ont lancé une pétition à la Confédération pour reprendre les négociations de pleine adhésion au programme européen de mobilité pour les années 2021-2027.

Suite à l'adoption de l'initiative sur l'immigration de masse de 2014, les négociations sur l'association de la Suisse au programme de mobilité Erasmus+ ont été interrompues. Afin de ne pas priver les jeunes helvétiques de participer aux échanges européens, une "solution suisse" a été mise en marche pour la période 2018-2020.

Toutefois, cette solution présente d’importantes restrictions et limitations pour les organisations dans le secteur de la jeunesse, les bénévoles, les étudiant-e-s et les apprenti-e-s. n’offrant pas les mêmes possibilités de participation qu’Erasmus+. De ce fait, Il est grand temps que la Suisse entame des négociations pour assurer la continuité de sa pleine participation au programme Erasmus+ pour les années 2021 à 2027.

Les échanges et de la mobilité sont importants car ils renforcent les compétences personnelles, élargissent l’horizon et l’adaptabilité interculturelle, permettent de rassembler des expériences tant pour l’avenir professionnel que privé. De plus, un échange augmente l’employabilité et promeut une citoyenneté responsable.

Dans un monde qui ne cesse pas de changer, il est nécessaire, plus que jamais, de garantir l’accès total aux possibilités offertes par le programme Erasmus+ et d’assurer que les échanges garantissent un apprentissage complet.

La pétition peut être signée en ligne jusqu’au 30 juin 2020, les signatures seront transmises au Conseil fédéral.

Abbildung eines schreibenden Stifts, Dokuments und des Bundeshauses auf gelbem Hintergrund.